D’où viennent les bonnes idées ?

Ou “Where Good Ideas Come From: The Natural History of Innovation“.

Dans cet ouvrage paru en 2010 aux Editions Riverhead Book en 2010 aux USA, Steve Johnson décrit 7 conditions propices à la créativité, en s’appuyant sur de nombreux exemples historiques:

–          L’erreur positive

–          Des plates-formes ouvertes

–          Des réseaux liquides et informels

–          L’  « adjacent possible » (ou combinaison d’idées existantes ailleurs)

–          L’intuition lente (les innovations tombent rarement du ciel, mais demandent souvent une longue maturation)

–          La sérendipité (découvrir autre chose que ce que l’on recherche)

–          L’  « exaptation » (ou adaptation de procédés proches ou analogues, comme le pressoir à vin par Gutenberg)

D’après lui, les innovations sont plutôt des assemblages et les innovateurs sont plus des « bricoleurs » que des « ingénieurs ».

« Ceux qui poussent les frontières du possible y parviennent rarement dans des moments de grande inspiration. Leurs concepts incubent et se développent lentement, parfois pendant des décennies. Ils sont imbriqués avec les idées et parfois les technologies, voire les innovations d’autres personnes ».
cet ouvrage constitue en fait une actualisation attrayante de l’ancien ouvrage de référence d’Arthur Koestler,  «  le Cri d’Archimède ».

Il remet en cause le mythe bien français de « La Grande Idée  Technologique  trouvée dans un grand moment d’inspiration solitaire ».

Post de Paul-Hubert des Mesnards

Cette entrée a été publiée dans L’actualité vue par Créargie. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.